La Roumanie du sud au nord !

« En vérité, le chemin importe peu, la volonté d’arriver suffit à tout. »

Emil Cioran

Voilà une citation qui correspond bien au blog ! Et comme il a raison ce célèbre écrivain roumain, exclu de son pays en son temps et expatrié en France. En effet, j’avais depuis longtemps envie de retourner dans ce beau pays et c’est par la seule volonté de faire ce tour du monde que cela sera arrivé !

J’arrivais de Bulgarie par la route mais à pied cette fois. En effet, n’ayant pas respecté mes propres conseils, j’ai raté tout le flot de voitures se rendant à la frontière. Parti vers 15h, j’ai donc parcouru les 18km séparant Durankulak de Vama Veche à la force du mollet, mes pouces dans les poches.

Encore un petit effort !

Encore un petit effort !

J’ai passé la frontière étonnamment délaissée de toute forme de police et autres douaniers ! Quel plaisir d’entrer dans un pays sans avoir à sortir son passeport, sans le faire tamponner, sans demander le droit d’exister à quelques bonshommes en képi fiers d’arborer l’écusson de la patrie sur leur torses kakis ! Je prenais même le temps de faire quelques clichés de ce poste frontière abandonné, rendu au silence.

Un pays sans frontière ?

Un pays sans frontière ?

En fin de journée, j’arrivais à Constanta, première étape de cette traversée de la Roumanie ! Mauvais début. Une rencontre malheureuse avec de faux policiers rompus à l’arnaque de touristes. J’ai heureusement été assez réactif face à l’entourloupe et parvenais à m’échapper du piège après deux trois coups de latte et beaucoup de bruit dans une rue assez fréquentée ! Sur ces entre-faits, je parvenais finalement à rejoindre un lieu pour passer la nuit et je rencontrais Mirona, employée de l’auberge tenue par sa famille. Elle me proposera bien chaleureusement de m’inviter chez elle à Bucarest ! Constanta, à l’image de ces villes de la côte bulgare sur la Mer Noire, est une ville agréable qui mérite qu’on s’y attarde !

L'orage vient sur la côte Constantine !

L’orage vient sur la côte Constantine !

Je me rendais donc ensuite à Bucarest chez mon hôtesse qui habitait dans une charmante petite maison rose de type « coloniale » en plein centre-ville ! Avant de visiter un peu la capitale, elle me proposera d’aller voir les volcans de boue de Berca ! Ce lieu peu fréquenté est situé à environ 1h30 de voiture au nord de Bucarest ! Un endroit vraiment étrange, lunaire, planté là comme un décor de science-fiction au milieu de vallons verdoyants !

Les volcans de Berca

Les volcans de Berca

Le lendemain, nous profiterons de la matinée pour faire un tour de Bucarest et visiter le musée en plein air des arts traditionnels ! Ma route s’est ensuite poursuivi vers Brasov, la Transylvanie et les Carpates.

Ici, malheureusement le temps est devenu effroyablement chaotique et les randonnées que j’avais prévu sont tombées à l’eau, c’est le cas de le dire. Le sentier de randonnée menant de Brasov à Bran par les montagnes est devenu absolument impraticable à cause des orages et de la grêle ininterrompus pendant deux jours ! Finalement, des gardes chasses m’interdiront l’accès au sentier après qu’un glissement de terrain ait emporté le chemin que je voulais emprunter sur plus de 600m !! Ce dernier signe des dieux finira de me convaincre de reprendre le stop pour me rendre sur les terres de Dracula !

Le soit disant château de Dracula

Le soit disant château de Dracula

Alors là, soyons extrêmement clairs !! Cet endroit est un immense attrape-couillon et une nasse incroyable pour touristes ! Ce château aurait accueilli le très célèbre Vlad III Tepes (« l’empaleur »), personnage qui aurait inspiré le tout aussi fameux comte Dracula de  Bram Stoker. En réalité, Vlad III serait PEUT ETRE resté deux jours dans ce château (aucunes sources historiques valables ne le confirme) lors d’une campagne. Et c’est avec ça que l’on fait naître une vraie pompe à fric avec train fantômes, marché de babioles plus bidons les unes que les autres, plats traditionnels confectionnés avec les produits du Lidl du coin, camping du vampire, hôtel des vampires et, pieu dans le coeur du spectacle, le château du vampire. Préparez les biftons ! Si les vampires aiment le sang, ils adorent le pognon aussi ! Pour visiter, vous devrez vous acquittez d’une quinzaine d’euros et, gousse d’ail sur le gâteau, vous allez payer pour prendre des photos !! Inutile de dire que j’ai sorti l’eau bénite et tout l’attirail pour fuir aussi sec !

Une éclaircie sur les Carpates !

Une éclaircie sur les Carpates !

Le Long Chemin s’en va vers la Moldavie ! L’article à suivre d’ici peu ! A bientôt 🙂

Publicités

A propos Le Long Chemin

Le Long Chemin est le blog qui relatera mes aventures autour du monde en stop ! n'hésitez pas à vous abonner, partager ou me contacter ! Au plaisir de vous lire !
Cet article, publié dans Carnet de Route, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s